l’édito du mois

Regards croisés
J’étais au café et une maman tenait sur ses genoux un enfant d’environ 6 mois.
Bonjour, dis-je à cette petite fille !
C’est alors que son regard s’est fixé sur mon visage. La tension était telle que j’étais littéralement happé. Quelques instants d’éternité plus tard, un petit sourire apparaissait dans ses yeux et sur ses lèvres. Nous dialoguions sans mots après un temps d’apprivoisement.
J’ai alors rêvé que ce bébé entamait dans le lieu une longue chaine de regards croisés par un jeu de miroirs successifs. C’est un grand mystère que le pouvoir d’un tout petit enfant.
Pourquoi ne nous permettons plus de regarder l’autre, autrement que furtivement, sans dire un mot ?
L’enfant (celui qui ne parle pas) et la personne très âgée se le permettent !
Pour prolonger le rêve, j’emprunte à Christian Bobin, poète, sa clé de ces regards croisés.
« Ce qui scintille dans ces regards, c’est la croyance que tout est possible, même l’impossible »

Jacques