Du côté des bénévoles

Ce mois-ci les bénévoles des potes se sont encore mobilisés pour :

– Tenir le bar : merci à Maëlle, Clémence, Aurélia, Louise, Sarah, Carine, Bénédicte, Aurélia, Blandine.

– Organiser l’inter-cafés à Liévin : merci à Carine et Jacques.

– Réfléchir aux futurs projets avec l’équipe et organiser une commission pour le déménagement : merci à Manue, Louise, Jacques, Aurélia, Carine, Charlotte.

– Fabriquer des petites choses : Merci à Rose, et Bénédicte et Florianne.

–  Faire le bilan de la Rue aux enfants : Merci à Jacques, Maïe, Gaëlle, Caro, Louise, Céline, Christophe.

– Aider l’équipe à faire le point : Nèle.

-Faire les petites fourmis : Louise, Jacques, Manue, Bénédicte, Charlotte et Carine.

-Participer à la « Faites de la récup » : Bénédicte, Louise, Fatima, Mohammed, Morad.

 

 

 

 

Edito du mois de décembre

Ce matin je devais « tenir » le bar des Potes en Ciel : en ce moment il nous manque un.e accueillant.e et plusieurs bénévoles se relaient pour aider un peu et garder un accueil de qualité au sein du café.

Ce matin donc, je devais « tenir » le bar : j’ai lancé un café, préparé des crêpes, installé quelques jouets, fait la vaisselle et attendu les enfants. Je me suis demandée si j’allais y arriver toute seule ! Et puis les enfants sont arrivés, ils ont commandé des crêpes, ont sorti les jouets, ont chanté, chahuté, dansé, ri ensemble. Les parents et les nounous ont aidé, participé, rangé, accueilli chaleureusement une nouvelle famille, chanté des nouvelles comptines, sorti des bulles d’un sac à main… et je me suis surprise à oublier la logistique et à jouer et chanter avec eux !

J’ai arrêté de « tenir » le bar : j’ai laissé le café prendre vie sous les rires et les jeux des enfants, j’ai regardé un enfant manger sa crêpe en mettant du sucre partout, un autre vider une caisse de jouets avec un plaisir non dissimulé, deux petites filles jouer à cache-cache, une autre prendre plaisir à se laver les mains (plusieurs fois !) en faisant plein de mousse avec le savon.

J’ai observé le plaisir d’être ensemble, l’imagination, l’espièglerie,  l’entraide, la camaraderie, la gourmandise, la joie, la simplicité, l’amitié… et je suis repartie certes un peu fatiguée mais surtout réconfortée et revigorée avec de belles images que je vais garder précieusement dans un coin de ma tête. Je les ressortirais en cas de besoin, quand le temps (ou l’humeur !) sera triste et maussade. Je me souviendrais qu’au café des enfants il fait toujours bon et beau !

 

Carine.

Bénévole.

Du côté des bénévoles.

L’automne avec ses couleurs est arrivé chez les Potes et la chaleur y est toujours présente!

Un chiffre marque ce mois : 657 heures de bénévolat ont été faites pour le projet de la rue aux enfants depuis la rentrée ! 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Merci à Aurélia, Hervé, Théodore, Carole, Céline, Maïe, Sandrine, Monique, Anne, Fatima, Hindati, Murièle, Gaëlle, Florent, Charlotte, Hendy, Clémence, Athman, Louise, Aurélie, Tony, Maïssa, Francine, Floriane, Jacques, Eugénie, Clémence H., Zaïna, Alain, Marie, Roland, Sarah, Sandrine, Nèle, Blandine, Claire, Morad, Fatima, Olivier, Sandrine M, Florence, Léo, Olivier, Julie, Carine, Bénédicte, Manue, Mohammed, Blandine,Guillaume, Dimitri, Julien, Christophe, Anne France, Caroline … Tous bénévoles pour la Rue en amont, le jour J, en aval.

Merci également à nos bénévoles de l’ombre : nos administrateurs qui continuent de travailler sur les coulisses et les projets du café.

N’hésitez pas à pousser la porte du café! Il y a certainement un projet qui vous intéressera et qui a besoin d’un coup de mains!

Edito du mois de novembre 2018

lL y a des moments où chez les Potes c’est l’effervescence. C’est un joyeux bazar. C’est le cas ces dernières semaines. Tous les salariés, les bénévoles, les usagers petits et grands, les partenaires, sont rassemblés autour d’une idée folle : rendre la rue aux enfants et aux habitants. C’est sûr que ce n’est pas nouveau cette idée. Cela fait 4 ans que chaque année, rue Mirabeau, le message essaie de passer. Le message que nos rues ne doivent pas être que des espaces de stationnement et de trafic, des espaces sales et insécurisants mais plutôt des lieux de vie, de rencontres, de discussions, de jeux… et ce surtout pour les enfants. Mais nous ne sommes pas les seuls à défendre cette idée et ce projet. Un peu partout dans la Région (Lille-Sud, Valenciennes, Arras, Liévin, Baileul, Beauvais, Boulogne…) et en France (Paris, Montpellier, Bordeaux, Nantes, Elboeuf, Strasbourg …) mais aussi ailleurs, notamment en Angleterre, aux Pays-bas …  les Rues aux Enfants se développent.
Chez les Potes, comme dans chacun de ces endroits, nous défendons les droits des enfants, le droit des enfants à exister, grandir et s’épanouir dans nos villes ; mais aussi à en être l’acteur et à améliorer son cadre de vie. La Rue aux enfants c’est une formidable occasion pour eux d’être dans la ville. Mais c’est aussi l’occasion pour chaque habitant de participer à la vie de son quartier et de se réapproprier son environnement. C’est l’occasion pour des voisins de se rencontrer et de discuter ensemble dans la rue. C’est l’occasion pour de nombreuses familles de participer à des activités diverses gratuites. C’est l’occasion de prendre part sans contrepartie, librement, comme on le veut et le peut, sans jugement, à un projet citoyen.
Mais en même temps ce joyeux bazar c’est aussi l’occasion pour des personnes très différentes, qui peut-être n’auraient jamais eu l’occasion de se rencontrer, de discuter, de débattre, de préparer une animation un jeu ensemble, bref de faire ensemble, de rire ensemble…. Parce que cette effervescence chez les Potes, c’est surtout des rires, des sourires, des conversations, des découvertes, des apprentissages, de belles idées, beaucoup de rêves… de la vie 😉
Merci à tous.

Vous l’attendez tous! La voilà !

La Rue aux Enfants c’est dans 1 semaine ! Et ce sera la 4ème édition. Et oui déjà….
Notre idée depuis 4 ans ? Changer les mentalités et les habitudes pour faire de l’espace public un espace de liberté, de jeux et de rencontres pour les habitants, notamment les enfants.
Le temps d’une journée, nous faisons une rue à hauteur d’enfants. Mais tout au long de l’année, le Collectif travaille à cette reconquête de l’espace public pour tous et à donner une place aux enfants